Bijoux : les technologies qui facilitent la vie des joailliers

L'univers de la joaillerie a beau être foncièrement traditionnel, il n'échappe pas à l'influence des technologies. De la conception avec les logiciels de dessin assisté par ordinateur au laser pour la gravure, d'autres technologies facilitent aujourd'hui le processus de fabrication, comme les imprimantes 3D.

Dans un passé qui n'était pas encore lointain, il fallait beaucoup de temps pour finaliser un bijou comme une bague homme. Il fallait commencer avec la création du modèle via des esquisses sur papier. Les joailliers créaient ensuite la bague avec de la cire, qui servait à créer un moule. Le moule servait ensuite à créer la bague.

Aujourd'hui, les bijoutiers continuent d'utiliser ce processus traditionnel. Mais les progrès technologiques rendent le processus beaucoup plus simple et rapide. Ces évolutions signifient également que non seulement la fabrication de bijoux personnalisés est plus facile, mais cela facilite également la production de masse.

Programmes de conception assistée par ordinateur pour les bijoux

Durant la phase créative, ce sont les programmes de conception assistée par ordinateur (CAO) qui servent à créer les bijoux de façon numérique. Cette méthode présente l'avantage de pouvoir offrir un niveau de détail impossible à atteindre avec une esquisse, notamment grâce aux zooms.

Les modifications à un projet, disons de bague ou de collier, sont également bien plus aisées. Toute ébauche peut être constamment retravaillée sans devoir repartir de zéro, de créer des variantes. La CAO permet d'accélérer grandement le travail du designer, tout en augmentant sa qualité.

Fabrication numérique des moules, impression 3D, etc.

Auparavant, le processus de fabrication des moules était manuel. Certains d'entre eux étant à usage unique, il fallait les reproduire et les reproduire, ce qui pouvait parfois déboucher sur des problèmes de qualité. Avec les machines modernes, il est possible de créer des moules à partir des dessins générés par le programme de CAO, donc avec une précision chirurgicale.

Le moule peut même devenir obsolète avec le recours à l'impression 3D. Car oui, une imprimante 3D est en mesure de créer le même moule en autant d'exemplaires que l'on souhaite. Mais elle est également capable d'imprimer tout un bijou.

La dernière évolution de l'impression 3D, à savoir le frittage sélectif par laser (SLS), est en train de se répandre dans la joaillerie. Cependant, cette technologie étant encore onéreuse, elle est réservée à des bijoux plutôt hauts de gamme. Le SLS permet de créer directement des bijoux en or ou en argent grâce à l'action du laser qui fait fondre le métal pour lui donner sa forme définitive.

Le laser est également utilisé dans la gravure sur bijou. Que ce soit pour un élément de personnalisation, ou pour graver des motifs qui exigent une grande précision.

Des bijoux hi-tech

Outre la technologie qui sert à rationaliser le processus de fabrication des bijoux, des éléments high-tech peuvent leur être associés afin de créer des pièces uniques. Il existe notamment des bagues et des bracelets équipés de capteurs qui peuvent fournir de nombreuses informations concernant votre corps à votre téléphone portable. Nombre de pas, localisation GPS, rythme cardiaque… de nombreux éléments physiologiques peuvent être enregistrés.

Il y aussi des bracelets qui changent de couleur suivant votre humeur, des boucles d'oreilles contraceptives, des bracelets qui vous donnent une décharge électrique si vous ne vous réveillez pas à l'heure...

Il y aura toujours un marché pour les bijoux artisanaux

Si la technologie marque de son empreinte la joaillerie, ce secteur reste néanmoins largement artisanal. Tout comme le numérique n'a pas entièrement remplacé l'analogique, il y a de fortes chances pour que le facteur artisanal des bijoux reste un critère de choix important des consommateurs. Après tout, le bijou c'est avant tout de l'émotion. Un domaine pour lequel les machines ne sont pas vraiment douées.


Article précédent Article suivant