Tendances bijoux : le retour en grâce de la camée

Il y a peu de temps de cela encore, les camées étaient considérés comme ringards. Vous avez peut-être vendu les broches léguées par votre tante, celles qu'elle utilisait pour maintenir son cardigan bien fermé. Cette période est révolue. On assiste au retour en grâce de la camée. Même Rihanna a sorti une collection !

Camées : de Fenty à Wartski

Il faut dire que l'artiste a bien contribué à la résurgence de cette mode. On l'a souvent aperçue avec un bague à camée noir et blanc de Jackie Aiche. Sa nouvelle collection de bijoux Fenty, composée de bagues larges, de boucles d'oreilles et de pendentifs, sont créés à partir de résine noire et de verre, le tout embelli par des cristaux Swarovski et des perles. Les pièces à camée mettent à l'honneur « une héroïne plus contemporaine ». Ils prennent la forme de portraits de famille de la photographe nigériane installée dans le Yorkshire Ruth Ossai.

Hasard ou pas, le même jour du lancement des camées Fenty le stand de Wartski de la TEFAF de New York proposait une collection de camées à vendre. Et on peut dire qu'il y avait foule aux alentours de ces bijoux. Wartski est connu pour ses pièces Fabergé ayant des liens directs avec la monarchie russe. C'est également cette maison qui a fabriqué les alliances de Charles et Camilla, et de William et Kate.

camée

Thomas Holman, directeur de Wartski, semble être séduit par ce retour en grâce. Il faut dire que lorsque vous êtes spécialistes du bijou ancien, voir une pièce emblématique du passé revenir au goût du jour est toujours agréable. L'histoire des camées, qui n'a aucun secret pour Holman, révèle quelque chose que les experts les plus avertis soupçonnaient depuis longtemps : il y a toujours quelque chose d'in dans le camée. Il faut juste être en mesure de faire ressortir cet attrait.

Des bagues têtes de mort comme précurseur du retour du camée

Cela dit, rendons à César ce qui appartient à César : c'est à Amedeo Scognamiglio que l'on doit ce retour du camée. Il a réinventé cette technique ancestrale via Bergdorf et ses bagues tête de mort à camée.

Cette technique fut dérivée de l'intaglio, dont les origines remontent à l'ancienne Mésopotamie. Durant la période hellénistique on peut voir une évolution de la technique, qui devient de plus en plus artistique. De fonctionnel (le camée servait le plus souvent de sceau), il devient artistique. Les camées commencent par exemple à faire figurer les portraits de notables. Ils pouvaient les conserver, ou les offrir en guise de cadeau à leurs supporters les plus fidèles. C'est notamment ce que faisait Élisabeth.

Le camée pouvait également prendre la forme d'un talisman. Par exemple, les négociants en vins pouvaient posséder un camée à l'image de Dionysos. Au XIXe siècle, le camée sur coquillage fait son apparition à Naples. Il permet de démocratiser cet accessoire, l'agate pouvant être onéreuse. Leur popularité augmenta également en raison de la hausse des visites des sites archéologiques. Un camée d'un héros antique ou d'un mythe était le souvenir ultime. Ce n'est qu'au XIXe siècle que les camées commencent à envahir le monde de la joaillerie. Il est ensuite tombé en désuétude au cours du XXe siècle, pour ensuite connaître une seconde vie durant ces dernières années.


Article précédent Article suivant